Mouvement départemental 2021

Résultats du mouvement et modalités de recours

 


Les résultats du mouvement seront consultables sur I-PROF à partir de ce vendredi 25 juin 2021 (leur publication devrait s’étaler jusqu’au mercredi 30 juin 2021) .


Nous vous rappelons que la loi de Transformation de la Fonction publique (dite loi Dussopt), publiée au Journal officiel du 7 août 2019, entérine, entre autres, la suppression des CAPD dédiées aux mutations, mouvement et promotions, la suppression des CHSCT et des Comités Techniques, le recrutement accru de contractuels sans formation initiale obligatoire, la création de contrats de mission d’une durée maximale de six ans, … L’opposition unanime des fédérations de fonctionnaires est suffisamment rare pour être soulignée.


Aussi, les opérations de mouvement inter et intra départementaux se déroulent désormais dans l’opacité la plus totale. Les organisations syndicales représentatives ne disposent plus des tableaux préparatoires aux opérations de mouvement (classement, barème, vœux formulés…), ni des résultats pour pouvoir exercer un contrôle des opérations et en vérifier la transparence.

Pour autant, les élus du SNUDI-FO 50 seront disponibles pour répondre à toutes vos questions et vous aider à formuler un recours (annexe 11, dans votre courrier IProf du 13 avril 2021).


En effet, vous êtes en droit de formuler un recours si :
·   Vous n’avez obtenu aucun de vos vœux, 
·   Vous êtes affecté sur un vœu non souhaité à titre provisoire,
·   Vous estimez que vous avez été victime d’une erreur de barème non corrigée,
·   Vous constatez qu’un de vos vœux a été attribué à un barème inférieur au vôtre …

Attention : si vous n’avez pas fait de vœux larges alors que vous êtes participant obligatoire, l’Administration pourra refuser d’étudier votre recours.


Modalités d’envoi de votre recours:
Le recours est à adresser impérativement, dans un délais de deux mois à compter de la publication des résultats, par mail, au Service des Ressources Humaines : dsden-srh1@ac-caen.fr


N’oubliez pas d’envoyer un double de votre recours au syndicat (snudifo50@gmail.com).
Attention : Afin que le syndicat puisse défendre votre dossier, il faut impérativement mentionner, dans votre recours, que vous mandatez le SNUDI-FO 50 pour vous représenter et vous défendre.
 


Pour toute question, vous pouvez contacter les représentants du personnel
du SNUDI-FO 50 :
Olivier LACHÈVRE : 06 22 91 39 11,
Françoise LELUBEZ : 06 89 44 58 66,
Benoît BATTISTON : 06 82 08 14 07,
Laurent TAGUET : 06 49 23 00 03,
Patricia ESNOUF : 07 82 29 64 39
Pour défendre mes droits et mes garanties statutaires de fonctionnaire d’État : Je me syndique au SNUDI-FO


Syndicat FORCE OUVRIERE du premier degré
56 rue de la Bucaille
50 100 Cherbourg-Octeville
Bureau : 02 33 53 03 72 (mardi)
Portable : 07 82 97 25 81 (tlj)

Covid-19 et maladie professionnelle

Depuis l’automne, Force Ouvrière essaie de faire entendre raison au Gouvernement sur l’absurdité des dispositions prises dans le texte sur la reconnaissance en maladie professionnelle de la Covid-19 (décret n° 2020-1131 du 14 septembre 2020 relatif à la reconnaissance en maladies professionnelles des pathologies liées à une infection au SARS-CoV2).

En effet, ce texte instaure une nouveauté qui crée une inégalité sans précédent en renvoyant la reconnaissance de la Covid-19 comme maladie professionnelle non au fait d’avoir contracté la maladie mais en fonction de la thérapeutique mise en place, notamment l’oxygénothérapie ou toute autre forme d’assistance respiratoire.

Malgré de très nombreuses interventions, le gouvernement ne répond pas à nos sollicitations et clairement ne veut pas prendre ses responsabilités. Pour FO Fonction publique, cela est inacceptable !

A quoi cela sert-il de féliciter les personnels et louer leurs engagements dans les services (de santé, de police, pénitentiaires, des douanes, de l’enseignement, des secteurs de la petite enfance, de collecte des ordures ménagères etc…) si c’est pour ne pas les protéger lorsqu’ils ont contracté la maladie dans l’exercice de leurs missions ?

C’est pourquoi FO Fonction publique a décidé de prendre ses responsabilités en déposant une requête en justice contre ce décret.

Nous vous tiendrons informés des suites de ce dossier.

RIS 2021

Toutes les RIS (réunions d’information syndicale) de janvier 2021 seront en visio sauf mention contraire.

Prochaines RIS :

  • mardi 19 janvier à partir de 17h30
  • jeudi 21 janvier à partir de 17h30
  • mardi 26 janvier à partir de 17h30

Inscription et renseignements sur ce formulaire (pour recevoir le lien de connexion à la visio).

Enquête carte scolaire 2021 : envoyez-nous vos chiffres !

Le CTSD devrait avoir lieu le 28/01/21.

Vous pouvez remplir l’enquête du SNUDI FO en ligne de plusieurs manières ou sur un fichier Word .

—> Enquête FO carte scolaire 2021 directement en ligne : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdBEPR7BC-8DNmDBZWJQvqrjfJoHNlU9FNZYY55Xn-hVDqnYw/viewform

—> L’enquête carte scolaire 2021 en document word (2 pages cochable et remplissage directement) : télécharger.

—> L’enquête carte scolaire 2021 en version PDF (imprimable ou éventuellement remplissable) : télécharger.

Pour tout contact par email ou téléphone, nos coordonnées figurent sur les formulaires.

InFOs psyEN nov. 2020

Communiqué sur le rapport de la Cour des comptes préconisant le détachement des psychologues de l’Education nationale aux ARS (Agences régionales de santé) :

Extraits des CHSCT-MEN 2 et 7 juillet :

Livret spécial 8 pages sur les psyEN-EDA (ex-psychologues scolaires) :

Informations sur le mouvement inter-départemental des psyEN-EDA (en intégration) :

Guide 2021 SNFOLC des mutations inter-départementales 2nd degré

Rassemblement contre les atteintes aux libertés publiques contenues dans la loi « sécurité globale »

Cherbourg

28 NOVEMBRE : DES CENTAINES DE MILLIERS POUR LE RETRAIT DE LA LOI « SÉCURITÉ GLOBALE » !

Samedi 28 novembre, des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour le retrait de la loi « sécurité globale ».

À Cherbourg, Saint-Lô, Coutances et Avranches, les manifestants avec les militants du SNUDI FO Manche étaient bien présents !

1 000 manifestants à Cherbourg, 600 à Coutances, 300 à St-Lô, 300 à Avranches !

Notre exigence commune a bien été rappelée « Nous voulons le retrait total de la loi Sécurité Globale ! »

Loi « sécurité globale », état d’urgence permanent, remise en cause des libertés individuelles et collectives, répression à tout va (migrants, étudiants, lycéens, ainsi que dans l’Education Nationale avec les 4 de Melles, avec notre collègue Sabine Raynaud, militante du SNUDI FO 34, convoquée au tribunal pour avoir manifesté il y a deux ans avec un bâillon sur la bouche pour symboliser son refus de l’article 1 de la loi Blanquer) … ça suffit !

APPELS À MOBILISATION CONTRE LA LOI « SECURITE GLOBALE » :

Ci-dessous le communiqué d’appel UD FO Manche aux manifestations du samedi 28 novembre contre les atteintes aux libertés publiques contenues dans la loi « sécurité globale » qui vient d’être votée en 1ère lecture à l’Assemblée nationale.

Dans la Manche, le syndicat du premier degré SNUDI FO, le syndicat des lycées et collèges SNFOLC, le syndicat des lycées professionnels SNETAA-FO et leur fédération de l’enseignement FNEC FP FO, relaient  l’appel à se réunir massivement, dans le respect des gestes barrière, comme cela s’est fait dans des centaines de villes lors de la grève Education nationale du 10/11, munis du communiqué ci-dessous comme pièce jusitificative et de l’attestation dérogatoire de déplacement ci-dessous (prépremplie en .doc et .pdf).

Samedi 28 novembre

Mairie de Cherbourg : 15h

Mairie d’Avranches : 15h

Mairie de Coutances : 15h

Préfecture de la Manche à Saint-Lô : 15h

+ Caen place de la République : 14h30

+ Alençon : 10h30 devant la Préfecture

L’Union départementale FO Manche ne pouvait rester sans réaction, les statuts de la Confédération Cgt-FO stipulent en effet dans leur préambule :« Considérant que le syndicalisme ne saurait être indifférent à la forme de l’Etat parce qu’il ne pourrait exister en dehors d’un régime démocratique, les Syndicats Force Ouvrière reconnaissent au mouvement syndical le droit, lequel peut devenir un devoir, de réaliser des rapprochements ou des collaborations en vue d’une action déterminée lorsque la situation l’exige expressément. »

Résistons, revendiquons et conquérons !

les syndicats de la FNEC FP FO Manche

CHSCT 50 du 07/09/20 : Déclaration FNEC FP FO

FÉDÉRATION NATIONALE DE L’ENSEIGNEMENT, DE LA CULTURE
ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORCE OUVRIÈRE

fnec.caen@gmail.com

Déclaration préalable au CHSCT départemental du 7 septembre 2020

 

 

Madame l’IA-Dasen de la Manche,

Nous déplorons que ce CHSCT-SD 50 soit convoqué en visio-conférence, alors que chacun sait combien les échanges sont malaisés et limités de ce fait, et que par ailleurs le Ministère décrète une reprise de tous, personnels et élèves, en présentiel : les enseignants accueillent jusqu’à 25, 30, 35 élèves par classe, dans des configurations où la « distanciation physique n’est pas obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ». Nous citons le protocole sanitaire.

Ce protocole allégé va même jusqu’à préciser que « la limitation du brassage entre groupes d’élèves n’est pas obligatoire ».

Qui sera réellement protégé du COVID19 par ce protocole sanitaire ?

 

En revanche, ce protocole permet au ministère de se dédouaner de toute responsabilité, faisant porter la responsabilité de son exécution à l’échelon local, dans les écoles, les collèges, les lycées, les services, mettant les personnels en première ligne sans protection réelle. Qu’en est-il des personnels à risque, qui sont sommés de reprendre alors que les problèmes dont ils souffrent n’ont pas disparu et pour lesquels le ministère restreint fortement la possibilité d’avoir recours aux ASA pour être protégés ? Nous soutiendrons toutes les demandes d’ASA des personnels en situation de risque.

 

En refusant de fournir des masques gratuits à tous les élèves, tout en les rendant obligatoires, le gouvernement instaure une discrimination inacceptable entre les familles plus aisées et celles qui, sans rentrer dans les critères d’attribution des bourses, ont parfois du mal à faire face à cette dépense supplémentaire conséquente. C’est la gratuité de l’école qui est mise en cause, et cela, la FNEC FP FO ne l’accepte pas.

Loin de fournir les réponses attendues par les personnels à la crise sanitaire, le gouvernement utilise la situation de crise pour déréglementer encore un peu plus et pour accélérer les contre-réformes.  Nous seront très vigilants face au recours au télétravail, imposé massivement au moment du confinement.  Il doit s’appuyer sur la réglementation en vigueur : d’une part le volontariat ; d’autre part le matériel et les frais qui y sont liés doivent être pris en charge par l’employeur.

Il est par ailleurs hors de question que son usage entraîne la fermeture de groupes, de classes ou de disciplines. La FNEC FP FO n’est pas favorable aux  expérimentations en cours (devoirs faits, certaines spécialités, AP) et se battra pour que partout les options et tous les enseignements puissent être proposés à tous les élèves en présentiel.

Pour la FNEC FP FO, ce qui est à l’ordre du jour, ce sont les conditions d’enseignement dans les établissements scolaires. Nous ne pouvons passer sous silence :

  • la généralisation du contrôle continu et l’instauration d’un baccalauréat maison,
  • la réforme de la direction d’école qui place les directeurs sous la tutelle des collectivités,
  • la mise en place des 2S2C,
  • la destruction des CAP et la remise en cause du droit à muter,
  • l’explosion des emplois du temps,
  • la déréglementation du télétravail avec les cours à distance,
  • la remise en cause des droits aux congés,
  • la multiplication des sanctions et des poursuites à l’encontre des syndicalistes et des militants, personnels, étudiants, lycéens…

 

Plus généralement, la FNEC FP-FO refuse le cadre d’union sacrée que cherche à imposer le gouvernement au nom de la crise sanitaire et y oppose les revendications immédiates : non au gel du point d’indice, augmentation des salaires, défense des statuts et des retraites, abandon définitif du projet de réforme des retraites, création des postes nécessaires, réemploi et titularisation de tous les contractuels, maintien des compétences des CAP et du droit syndical…

Groupe de travail Direction d’école

Oui à l’augmentation des quotités de décharge
pour toutes les écoles !
Non aux décharges à la carte, aux décharges territorialisées !

Le SNUDI-FO a participé mercredi 9 septembre au groupe de travail organisé au ministère sur la question des décharges de direction d’école. Ce groupe de travail s’est tenu dans un contexte où la circulaire sur la direction d’école parue au BO le 27 août, bien loin de répondre aux revendications, met déjà en place les jalons de la proposition de loi Rilhac, qui vise à faire des directeurs les contremaîtres d’une école autonome, soumis à toutes les pressions locales et devant appliquer les décisions du conseil d’école.

Lors du groupe de travail, le SNUDI-FO a exigé une augmentation de toutes les quotités de décharge de direction fixées pour l’instant par la circulaire du 3 septembre 2014 et la mise en place d’une décharge hebdomadaire pour les écoles de 1 à 3 classes.

Le projet du ministre : une explosion du cadre national d’attribution des décharges

Force est de constater que ce ne sont pas actuellement les pistes envisagées par le ministère. Celui-ci a proposé de mettre en place un calcul basé sur des critères multiples, à savoir :
-présence d’une UPE2A, d’une ULIS, d’un PIAL ;
-accueil des PE stagiaires ;
-nombre d’élèves à besoins particuliers scolarisés ;
-et même … partenariat de l’école avec les municipalités sur un projet péri-éducatif !

Ainsi, le nombre de jours de décharge pourrait dépendre des projets éducatifs locaux et des partenariats avec les municipalités !

Ainsi, le nombre de jours de décharge pourrait dépendre du nombre d’élèves « à besoin particulier » … mais comment seraient pris en compte ces élèves ? Sur quelle base serait attribuée cette décharge ? A quel moment de l’année serait arrêté le taux d’élèves à besoins particuliers ?

En lieu et place d’une augmentation des décharges pour toutes les écoles, fixée par un cadre national, le ministère prévoit des décharges à la carte, des décharges attribuées école par école, des décharges territorialisées liées aux PEdT !

Le ministère a même évoqué la possibilité d’attribuer des décharges en fonction des délégations de compétences que les directeurs devraient accepter des IEN en application de la proposition de loi Rilhac ! Inacceptable !

La revendication du SNUDI-FO : une augmentation de toutes les quotités de décharge et la mise en place d’une décharge hebdomadaire pour les écoles de 1 à 3 classes

Pour le SNUDI-FO, les décharges à la carte, les décharges territorialisées, les décharges attribuées en contrepartie d’une délégation de compétence, c’est non !

Le ministère a informé les organisations syndicales qu’il remettrait une proposition écrite sur la question des décharges lors d’un nouveau groupe de travail prévu le 23 septembre. Le SNUDI-FO y siègera pour exiger à nouveau l’amélioration de toutes les quotités de décharge de direction, y compris pour les petites écoles.

Le SNUDI-FO continuera à porter toutes ses revendications sur la direction d’école :
– L’abandon de la proposition de loi Rilhac ;
– Une réelle augmentation indiciaire : 100 points d’indice pour tous ;
– Une aide administrative statutaire et gérée par l’Education Nationale dans chaque école ;
– Un allègement des tâches pour tous les directeurs.

Le SNUDI FO invite tous les personnels à se réunir dans les écoles, en RIS avec le SNUDI-FO, à faire valoir leurs revendications et à signer massivement la pétition intersyndicale SNUDI-FO, SNUipp-FSU, CGT, SUD « nul besoin d’une loi pour répondre aux revendications des personnels ». https://direction-des-reponses-immediates.fr/

CAPD 29 juin 2018 : Promotion Hors classe

Sur 713 promouvables, la DSDEN a établi une liste principale de 93 promus, et une liste complémentaire avec seulement 2 collègues.

Le SNUDI F.O. Manche soupçonne une baisse du nombre de promus : avec 13,04% de promus seulement (13.32% avec la liste complémentaire), le département de la Manche serait loin du taux de 14,50% qui circule officieusement, qui correspondrait à 103 promus !

L’IA-DASEN ne veut pas modifier les avis donnés par les IEN, il avance la méthode des quotas et un équilibre entre les circonscriptions. Nous n’avons pas d’information sur la nature de cet équilibre entre les circonscriptions. Pourtant, le SNUDI F.O. Manche a appris que des IEN d’autres départements ont annoncé que certains avis seraient revus l’an prochain. Pour le SNUDI F.O. Manche, c’est la preuve que du côté de l’inspection, on prend conscience d’erreurs d’appréciation et du caractère injuste de l’avis indélébile dans le cadre de la réforme PPCR. A ce sujet, le SNUDI F.O. rappelle que pour le passage à la Classe exceptionnelle, les avis sont renouvelés chaque année ! Pourquoi une telle inégalité de traitement entre promouvables à la HC et promouvables à la CE ?

L’IA-DASEN nie toujours que les instituteurs-trices sont lésés par le barème PPCR : pourtant, avec les mêmes missions, en occupant les mêmes postes, on ne tient compte que de l’ancienneté dans le corps de PE et pas de l’ancienneté de service : en cas d’égalité de barème, d’anciens instits passent après des PE plus jeunes !

 

Bonnes vacances !

Toute l’équipe de militants du syndicat SNUDI F.O. Manche vous souhaite de bonnes vacances d’été !

(permanence téléphonique tous les jours 07 82 97 25 81)